SOCIÉTÉ ACADÉMIQUE DE L'AUBE

Réception et communication de M. Jean-Marie Meignien,
membre résidant,

le 20 octobre 2017

La bibliothèque musicale de la
Maîtrise Saint-Étienne de Troyes en 1755.

C'est aux Maîtrises de l'Ancien Régime que la France est redevable de son rayonnement musical,tant au service du culte que des divertissements.
Collège à part entière, quoique d'un type particulier, la Maîtrise était l'unique filière qui s'offrait aux enfants pauvres pour accéder aux professions musicales, ainsi qu'en bénéficièrent Delalande et Campra, alors que les héritiers de familles aisées et cultivées avaient recours aux précepteurs ou à l'université comme les Couperin ou les Nivers.
De cathédrale ou de collégiale, toute maîtrise prenait modèle sur la Chapelle pontificale et, à l'inverse, servait d'exemple à la Chapelle royale pour célébrer la gloire de Dieu et non point pour celle des hommes. Car les louanges divines et l'édification du prochain ne sont jamais plus puissantes et fécondes que par le moyen de l'art en sa perfection ainsi que le comprenait J.S. Bach

Retour