SOCIÉTÉ ACADÉMIQUE DE L'AUBE

Communication de Mlle Madeleine Coppens,
membre résidant,

le 16 février 2018

Geneviève Dévignes (1890-1983),
«rénovatrice du folklore champenois»

Cet exposé fait écho à ma dernière communication puisque c’est Louis Dumont, poète, romancier, féru de folklore régionaliste qui m’a conduite à Geneviève Dévignes bien qu’elle ne soit pas Auboise, mais néanmoins Champenoise de souche. Au XXe siècle, elle a été très appréciée dans l’Aube et à Troyes qu’elle connaissait bien. La Ville a donné son nom à une rue dans le quartier des Blossières, le 7 octobre 1985, sur proposition d’André Beury, alors maire-adjoint.

Geneviève Dévignes voue un culte sans bornes à sa province natale et cherche par tous les moyens à la faire connaître : « Si le champagne est mondialement célèbre, dit-elle, la Champagne ne l’est pas, or elle possède un folklore au même titre que la Bretagne ou l’Alsace ».

Femme exceptionnelle au charisme avéré, dont l’activité débordante se double de multiples talents, elle est à la fois?: historienne, romancière, poète, dramaturge, metteur en scène et comédienne, peintre, musicienne, conférencière et collectionneuse. Toutes ses activités convergent pour sortir de l’oubli les vieilles coutumes. On l’a surnommée la Muse de la Champagne, l’Héroïne de la Champagne et surtout la Rénovatrice du folklore champenois.


Retour