SOCIÉTÉ ACADÉMIQUE DE L'AUBE

Communication de M.Jacky Provence,
membre associé,
le 16 février 2018

Le curé et le peintre-verrier.
Les vitraux de Vincent-Larcher
de l’église de Marolles-les-Bailly


Les dix vitraux de Marolles-les-Bailly sont un bel exemple en milieu rural de l’œuvre de Louis Germain Vincent-Larcher, réalisés entre 1863 et 1870, dans sa décennie la plus faste au cours de laquelle on lui reconnaît ses plus belles créations.
À la reconquête des âmes perdues, l’abbé Gillier entreprend un vaste programme d’ornementation de son église mobilisant ses propres fonds, les ressources de la fabrique, d’une confrérie réactivée et de ses plus fidèles paroissiens. Le programme vitré achève cette reconquête de l’espace de l’église, programme cohérent et conçu par le curé. Il permet d’observer, par ailleurs, l’adaptabilité d’un peintre-verrier devant répondre à des contraintes économiques.

Cette étude me en évidence le travail d’un peintre-verrier, sa réponse aux commandes précises d’un curé de village fort soucieux de ramener les brebis égarées de sa paroisse dans le giron de son église.


Retour