SOCIÉTÉ ACADÉMIQUE DE L'AUBE

Commémoration
de la Grande Guerre

Conférence du 1er juin 2016
Salle des séances
Sébastien Touffu
, membre associé.


Les Enfants du deuil.
Orphelins et pupilles de la Nation de la Première Guerre mondiale dans l’Aube

Cette communication prend un relief particulier en cette année 2016 ; en effet, il y a 100 ans était crée l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre qui trouve son origine dans les tourments de la Grande Guerre ; l’une des missions essentielles consistait à prendre en charge les enfants dont le père était décédé dans les combats ou qui, invalide, ne pouvait plus exercer d’activité permettant de subvenir aux besoins de la famille.
Évoquer les Pupilles de la Première Guerre mondiale, c’est d’abord rappeler le souvenir de centaines de milliers d’orphelins, les uns célèbres (tels Albert Camus ou Jean-Louis Barrault), les autres dans leur grande majorité demeurés dans le plus strict anonymat. Il s’agit aussi de montrer que la perte du père a durablement « structuré l’identité morale et politique de ces générations endeuillées ». Les Pupilles, en majorité nés entre 1910 et 1916, sont confrontés au deuil le plus souvent avant leur 10e anniversaire. Au sentiment de perte s’ajoute alors un halo de mystère autour d’une figure familiale que l’on a si peu connu.
Le problème essentiel de cette communication se pose à toute histoire de l’enfance : comment parler d’un groupe qui ne parle pas ? Comme l’indiquait l’un des protagonistes, « nous avons essayé de tuer la mort par notre silence ».






Retour
Accueil