Activités

De la Société Académique de l’Aube

Ses activités consistent en : une séance mensuelle le 3e vendredi de chaque mois (sauf juillet et août) consacrée aux informations et aux communications ; une séance délocalisée ouverte au public, en juin, dans une ville du département ; une séance publique sous forme de conférence-concert ; une séance solennelle en janvier, précédée de l’assemblée générale ; elle est marquée tous les deux ans par le changement de présidence ; des participations ponctuelles à des évènements culturels locaux en relation avec l’écrit.

L’Aube dans la guerre, 1914-1918

Cet ouvrage collectif a été lancé en 2013 afin de collecter un maximum de renseignements sur ce qui s’était passé dans l’Aube pendant la Grande Guerre. Bien que le département n’ait pas été envahi, les Allemands ont été arrêtés à Mailly en septembre 1914, il était...

Les frottis (calques) de Fichot

Nous ignorons quand et comment les frottis de Charles Fichot sont arrivés dans le grenier de la SAA où ils ont été découverts en 1987. Certains rouleaux étaient enveloppés dans du papier journal daté de 1886, c’est la seule indication de date que nous ayons. Dans sa...

Alfred Morin

Alfred Morin (1908-1993), bibliothécaire à la bibliothèque municipale de Troyes, élu membre de la Société académique en 1939, a consacré sa vie aux recherches sur les livres de colportage, Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes, ainsi qu’à la mémoire...

Séance du 18 juin 2022

● De l’ancienneté du toponyme Rigny-le-Ferron par Philippe Brun : au milieu du IXe siècle un acte de donation de l’archevêque de Sens mentionne Rigniaco dont l’origine celtique signifiant « cours d’eau » peut être retenue comme plausible. ● La...

Les vitraux de la salle des séances

Les vitraux de la salle des séances

L’acquisition par achat ou dons des vitraux de la salle des Séances s’étend sur l’ensemble du XIXe siècle et leur provenance est variée. Quelques vitraux religieux proviennent d’églises du département, mais la plupart ont été sauvés lors de la disparition d’édifices...

Deux armoires bibliothèques monumentales

Deux armoires bibliothèques monumentales

Deux armoires bibliothèques monumentales illustrant des épisodes mythologiques En 1939, la Société Académique de l'Aube reçut en don de M. et Mme Perret, deux armoires-bibliothèques en noyer illustrant des scènes mythologiques, destinées à la salle des séances. Elles...

L’évolution des activités de la Société Académique de l’Aube

Les activités de la Société ne sont pas statiques et ont constamment évolué afin de s’adapter aux besoins du moment.
Dans les premières décennies de son existence la Société a joué un rôle important dans le développement économique du département en étroite collaboration avec le Préfet qu’elle secondait. Grâce à ses membres, et notamment de grands propriétaires terriens dispersés sur tout le territoire du département, elle a mis en place les premiers essais d’amendement et d’enrichissement des terres, de sélection d’outillages appropriés aux différentes cultures, d’amélioration des races locales, d’introduction de plantes nouvelles.
Puis elle fut chargée de décerner les prix et/ou primes d’encouragement attribués par le Ministère de l’Agriculture du Commerce et celui de l’Industrie mais aussi le Ministère de l’Instruction publique et celui de l’Intérieur !
Par exemple en 1858 un prix de 500 frs au meilleur Mémoire sur l’emploi de la craie dans les constructions, soit à l’état de pierre, soit à l’état de chaux, en1892 un prix de 100 francs pour l’auteur du Meilleur mémoire sur l’emploi des engrais chimiques dans le département de l’Aube, et un prix de même valeur pour l’auteur du Mémoire sur les insectes nuisibles aux arbres fruitiers et forestiers dans le département de l’Aube.

Quand les Comices agricoles sont créés en 1834, bien qu’ils aient une organisation propre, les responsables sont choisis parmi les membres du Bureau de la Société et le Ministère de l’Agriculture lui accorde des subsides afin qu’elle distribue des primes départementales (prime à l’exploitation la mieux dirigée, prime à la meilleure disposition des étables, écuries, bergeries, pour l’irrigation des prairies etc.).

Elle a également été chargée de fonder, dans les années 1832-1833, en collaboration avec le département et la Ville de Troyes, le Musée des Beaux-Arts, archéologie et sciences naturelles, dans l’ancienne abbaye Saint-Loup et est à l’origine de la plupart des collections du musée qu’elle a mises en place par des achats ou en sollicitant des dons afin de compléter les confiscations révolutionnaires et ce que possédait déjà la Ville de Troyes.
Les premiers catalogues du Musée ont été réalisés bénévolement par ses membres.
La gestion du musée a été cédée à la Ville de Troyes en 1945 en ce qui concerne les Beaux-Arts et en 1967 pour l’Histoire Naturelle.

C’est la Société qui a lancé, dans les années 1830 les statistiques cantonales, dotées de prix, afin de mettre en lumière les ressources de chaque canton et ses richesses patrimoniales.
Grâce à son engagement auprès des administrations qu’elle seconde, la Société a été reconnue d’utilité publique en 1853.

Au XXe siècle les activités de la Société évoluent car l’Etat n’a plus besoin de ses services.
Les dons se raréfient et les deux guerres mondiales perturbent son fonctionnement.
Ce siècle a cependant été important pour l’attribution de prix de fondation et donation subventionnés par des membres de leur vivant ou après leur mort. Il y en avait encore 17 au début du XXe siècle mais, cinquante ans plus tard, l’érosion monétaire ne permettant plus l’attribution de prix attractifs, les fondations furent refondues en 1960 puis à nouveau en 1988 pour ne laisser que trois prix, dont un seul subsiste de nos jours.

Grâce au développement du chemin de fer rural, elle organise les sorties culturelles locales dans le courant du XXe siècle.